La signalisation ferroviaire
Type de signaux au Canada
Au Canada, on utilise uniquement deux type de signaux lumineux:

Couleur

(color-light)

Couleur variable (searchlight)

Les autres types de signaux seront revus plus bas.

Couleur

L'unité lumineuse de ce type de signal est composé de une, deux ou trois lumières. Chaque lumière ne peut produire qu'une seule couleur, soit rouge, jaune ou vert.

L'unité lumineuse est délimitée par la cible, c'est-à-dire la plaque de métal noir fixée derrière les lumières. Si deux ou trois lumières allumaient en même temps sur une même unité, alors le signal serait considéré comme défectueux. Il devra alors être interprété selon son indication la plus restricitve. Voir cette page pour plus de renseignements à ce sujet.

Sur un signal couleur, les lumières sont toujours disposées selon le style irlandais. En d'autres mots, le vert est en haut, suivit du jaune, et au bas, du rouge. C'est l'inverse d'un feu de circulation. La logique derrière ceci est très simple: Sur un sémaphore à quadrant supérieure, lorsque le sémaphore indique que la voie est libre (et montre aussi la couleur verte), le bras du sémaphore pointe vers le haut. En suivant cette logique, la lumière verte est en haut. Lorsque le sémaphore donne un aspect restrictif (couleur jaune), le bras pointe à 45 degrés vers le haut. La lumière jaune est donc au centre. La même logique, nous emmène à la couleur rouge au bas, pour imiter la position horizontale du bras du sémaphore.

Un feu de circulation emploi la lumière rouge en haut simplement parce que la lumière du haut est visible de plus loin que celle du bas, et que contrairement aux chemins de fer, il n'y a aucun signal d'approche à un feu de circulation.

Le signal par couleur est le signal le plus utilisé au Canada, et en Amérique du Nord. La raison est simple: il n'y a aucune pièce mobile (donc pas de mécanisme) dans le signal qui pourrait briser, s'user, ou pire, donner un mauvais aspect. C'est le signal le plus simple à construire.

Si une unité sur un signal ne peut donner que deux aspects, alors cette unité n'aura que les lumières nécessaires d'installées. Prenons un exemple: Un signal gouverne l'entrée d'une voie d'évitement non-signalée. Sur le dessin, c'est le signal dans le carré gris. Ce signal peut donc montrer:

vert-rouge vitesse normale, aiguillage orienté pour la voie principale et canton suivant libre
Eemple 1
jaune-rouge vitesse normale à arrêt absolu, aiguillage orientée pour la voie principale, canton suivant occupé
Eemple 2
rouge-rouge arrêt absolu, canton occupé, ou aiguillage en mouvement
Eemple 3
rouge-jaune marche à vue, aiguillage orienté pour la voie d'évitement
Eemple 4

Donc, en aucun cas, une lumière verte n'allume sur l'unité du bas. L'unité du bas d'un tel signal n'aura qu'une lumière jaune et une rouge (sous la jaune), pour deux raisons: sécurité (l'indication rouge-vert (petite vitesse à vitesse normale) étant impossible à afficher, dû à l'absence de la lumière verte), et économie (aucun relai, ni circuiterie à installer pour une lumière qui ne servira jamais).

Pour les mêmes raisons que nous venons de démontrer, l'unité du haut aura une circuiterie de clignotement pour faire clignoter la lumière jaune (jaune clignotant sur rouge (vitesse normale à arrêt différé, prochain canton libre, mais pas le second, aiguillage orienté pour la voie principale)), mais pas l'unité du bas.

Notez que lorsqu'une seule lumière est présente dans la cible, on appelle celle-ci un marqueur.


Couleur variable (searchlight)

Ce type de signal est aussi très en vogue. Une seule ampoule sert à produire les trois couleur possible pour une unité. La couleur est produite par un disque coloré monté sur une pièce en arc de cercle. Si un courant DC positif est appliqué aux électro-aimant situé de part et d'autre de la pièce mobile contenant les disques colorés, la pièce bascule, mettant ainsi la couleur jaune devant l'ampoule. À l'inverse, si un courant négatif est appliqué, la pièce basculera de l'autre côté, faisant ainsi afficher la couleur verte au signal. Si aucun courant n'est appliqué, la pièce se positionne au centre (par gravité), affichant la couleur rouge. C'est le principe d'autofiabilité (fail safe).

Ce type de signal est aussi très répandu. Son mécanisme, quoique plus complexe qu'un signal par couleur, est relativement simple, et fiable. Il y aussi une économie non-négligeable sur les ampoules, qui doivent être changées trois fois moins souvent. Finalement, l'une des raisons de sa popularité, est qu'une unité de ce type de signal prends beaucoup moins de place qu'une unité à trois lumières (type de signal par couleur), ce qui fait qu'un signal d'enclenchement à trois unités peut conserver une hauteur raisonnable. Par le fait même, les chemins de fer n'aiment pas mélanger plusieurs type de signaux sur une même subdivision, ce qui fait que sur une subdivision nécessitant des signaux à trois unités, tous les signaux seront de type "searchlight" pour conserver une uniformité.